Victor Papanek, un humaniste en colère

Victor Papanek a publié en 1971 un ouvrage intitulé Design for the Real World, Human Ecology and Social Change (New York, Pantheon Books), presque immédiatement traduit en français (Design pour un monde réel, écologie humaine et changement social, Mercure De France, 1974), mais qui avait disparu des rayons de librairie en France jusqu’à la récente édition critique de l’ouvrage en 2022 aux Presses du réel. Cette réédition montre sans aucun doute un regain d’intérêt pour cet ouvrage reconnu comme précurseur de nos préoccupations actuelles. Elle avait été souhaitée dès 2010 par Lionel Devlieger, dont on lira l’article « Relire Papanek » (criticat05, 15 mars 2010, pp. 92-109) avec intérêt.

En anglais par contre l’ouvrage n’a pas cessé d’être réédité. Ces différentes éditions offrent des couvertures très différentes, sur lesquelles nous pouvons nous appuyer pour décrypter quelques aspects de ce manifeste humaniste, certes, mais qui tourne souvent au pamphlet excessivement violent et caricatural.



Première édition américaine : Pantheon Books, 1er janvier 1971

L’illustration de couverture de l’édition originale est surprenante pour un ouvrage sur le design industriel (à noter que le terme design est bien ici celui que nous employons aussi en français, et que Papanek emploie presque toujours dans son texte l’expression industrial design). Nul objet industrialisé ne figure en effet dans cette image. La photographie, intitulée « Fille avec panier » est référée comme appartenant à l’Amérique latine dans le porte-folio du photographe suédois Georg Oddner, plus précisément elle a été prise au Pérou en 1955 (voir ici).

Il s’agit en tout cas d’un contexte « autochtone » ou appartenant à ce qu’on appelait alors le « Tiers-monde ». Papanek a lui-même vécu et travaillé parmi des Navajos, des Esquimaux (sic) et des Balinais, entre autres (mais apparemment pas au Pérou). Il a travaillé sous l’égide de l’Unesco en direction de l’Afrique, et parmi les objets ou dispositifs qu’il promeut – issus de sa conception, ou de celle de ses étudiants, ou encore conçus par d’autres designers, voire des anonymes – il y en a un certain nombre qui sont destinés à ces populations : un poste de radio fait à partir d’une boîte de conserve et alimenté par une bougie, un poste de télévision à bas coût montable « par des Africains en Afrique » (et destiné à l’éducation), une pompe fabriquée à partir de pneus usagés, un brasero bricolé à partir de vieilles plaques d’immatriculation, etc. Il se réjouit de l’appropriation par ces populations de ces objets à travers leurs pratiques artisanales propres.

Même dans le contexte de pays dits avancés, Papanek est particulièrement attentif aux besoins des populations défavorisées d’une manière ou d’une autre : les enfants handicapés, les obèses, les gauchers, les femmes enceintes, les illettrés, etc., les « laissés-pour-compte » de toutes sortes, et que nous pouvons tous devenir un jour ou l’autre, l’âge, les accidents de la vie, ou tout simplement la grossesse et la maternité, aidant. Il décrit une plaquette de pilules contraceptives destinée à des femmes illettrées, qui en facilite la prise en remplaçant les pilules par des placebos pour les jours où il ne faut pas en prendre, et par le fait que l’emplacement de la pilule vire au rouge si elle n’est pas prise dans les vingt-quatre heures. Il plaide pour une bonne information graphique (diapositives ou simples schémas) sur les méthodes d’accouchement naturel (l’accouchement dit sans douleur, ou méthode Lamaze, connaît à l’époque un certain intérêt, dans un pays où l’accouchement sous anesthésie générale était alors très répandu), mais aussi sur les méthodes d’avortement, et ce deux ans avant le fameux arrêt Roe v. Wade (1973, récemment abrogé par la Cour Suprême). Papanek est un humaniste, et même un féministe.

Tout cela ne mène pas l’auteur à catégoriser, ou communautariser le public auquel il veut s’adresser. Il peut tout aussi bien s’intéresser aux conditions de travail d’employés d’un bureau climatisé surplombant Tokyo, par exemple (p. 15, préface), ou au confort de danseurs amateurs ou professionnels. Il veut améliorer « le » monde réel, le monde tel qu’il est, et non « un » monde à imaginer, comme la traduction française du titre peut malheureusement le laisser penser.



New York : Bantam Books, 1972

Cette seconde couverture rend compte du caractère de manifeste, ou même de pamphlet, de l’ouvrage ; Papanek est un homme en colère. Mais si les préoccupations écologistes, celles que l’on aime à mettre en avant aujourd’hui, sont bien présentes concernant les véhicules motorisés, ses plus violentes diatribes sont adressées à leur dangerosité, plus encore qu’à la pollution qu’ils induisent. Il suit en cela la croisade menée par l’avocat Ralph Nader contre le lobby automobile américain (Unsafe at Any Speed. Grossman Publishers, 1965). Papanek s’en prend même à cette icône (pour nous) qu’est le fameux bus scolaire jaune. Il attaque très fort dès le premier paragraphe de sa préface : « Today, industrial design has put murder on a mass production basis ». Bizarrement, cette phrase a disparu de l’édition française… Sa dénonciation de la dangerosité des produits ne se cantonne pas aux véhicules, elle s’étend, pour en souligner le paradoxe, aux produits et dispositifs destinés justement à améliorer la sécurité, comme ce casque de football (américain), le « meilleur » et le plus cher du marché, mais qui n’avait jamais été testé pour l’absorption d’énergie cinétique.

Sans doute Papanek (et d’autres) a-t-il été entendu. La mortalité par accident de la route aux Etats-Unis a diminué régulièrement depuis les années 70 (même si elle s’accroît de nouveau aujourd’hui, voir ici), période où elle a effectivement connu un pic, grâce à l’amélioration des véhicules et la mise en place de mesures contraignantes comme les limitations de vitesse et la ceinture de sécurité. Et on ne se réjouira pas, même si cela contredit l’auteur, qu’aux Etats-Unis, le taux de mortalité par arme à feu dépasse celui dû aux accidents de la route dans un nombre croissant d’état. Les tueurs ne sont pas ceux que dénonce Papanek…

La plus paradoxale des couvertures est peut-être la suivante :



St Albans : Paladin, 1974

Non seulement le sous-titre pourtant chargé de sens a disparu de la page de couverture, mais l’image de la boîte de soupe interroge. Nous ne pouvons plus voir une telle boîte sans penser à Andy Warhol, dont l’œuvre la reproduisant en 32 exemplaires date de 1962, et était donc aussi certainement présente à l’esprit au moins de certains des acheteurs de cette édition en 1974. Pourtant le moins qu’on puisse dire c’est que Papanek n’est pas spécialement tendre envers l’art contemporain. Dans le chapitre intitulé « The Myth of the Noble Slob : Design, « Art » and the Crafts » (« Le mythe du barbare chic : le design, l’« art » et l’artisanat »), Papanek s’en prend à tout l’art contemporain qu’il considère comme le résultat de « la croissance cancéreuse du mythe de l’individu créateur s’exprimant de manière égocentrique aux dépens du spectateur et du consommateur ». Sa critique, parfois amusée mais toujours acerbe, vise aussi bien Jean Arp et les dadaïstes en général, Ad Reinhardt, Jackson Pollock, etc. (la liste est assez longue), que justement Andy Warhol et ses boîtes de soupe. Il est particulièrement virulent contre la contamination du design par l’art contemporain, et qualifie tout cela de « décadent » (encore heureux qu’il n’ait pas choisi le qualificatif de dégénéré…), reprenant le titre et les vues d’un ouvrage de Cyril Edwin Mitchinson Joad (Decadence – A Philosophical Inquiry, London : Faber & Faber (1948), dont le moins qu’on puisse dire est que son auteur n’est pas très progressiste en matière d’esthétique, considérant que le jazz produit des « sons qui n’appartiennent pas à la catégorie de la musique », par exemple.

Ce billet n’est qu’un premier survol de l’ouvrage de Papanek, touffu et désorganisé, mais dont certains thèmes plus ou moins négligés par ailleurs donneront lieu à de futures analyses.



Citer ce billet
Marie-Pascale Corcuff (2023, 10 février). Victor Papanek, un humaniste en colère. Penser l'espace et les formes. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ot5a

Une réflexion sur « Victor Papanek, un humaniste en colère »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search